Alzheimer : les personnes en meilleure forme physique présentent un risque plus faible

Une étude récente a révélé que les personnes ayant une bonne condition physique sont moins susceptibles de développer la maladie d’Alzheimer que les personnes en moins bonne condition physique.

Pour rappel, la maladie d’Alzheimer “est une maladie neurodégénérative incurable à ce jour du tissu cérébral qui entraîne la perte progressive et irréversible des fonctions mentales et notamment de la mémoire”. – Wikipédia

Les résultats de cette analyse ont été publiés le 27 février 2022 et seront présentés lors de la 74e réunion annuelle de l’American Academy of Neurology (AAN) en Avril 2022.

Détails de l’étude

Dans le cadre de cette étude, les chercheurs ont évalué 649 605 vétérans militaires figurant dans la base de données de la Veterans Health Administration, âgés en moyenne de 61 ans et suivis en moyenne pendant neuf ans.

Ils n’étaient pas atteints de la maladie d’Alzheimer au début de l’étude.

Les chercheurs ont déterminé l’aptitude cardiorespiratoire des participants. L’aptitude cardiorespiratoire est une mesure de la capacité de votre corps à transporter l’oxygène vers vos muscles, et de la capacité de vos muscles à absorber l’oxygène pendant l’exercice.

Les participants ont été divisés en cinq groupes, du moins en forme au plus en forme.

Les niveaux de forme physique ont été déterminés par les résultats des participants à un test sur tapis roulant. Ce test d’aptitude physique mesure la capacité d’exercice, c’est-à-dire la plus haute intensité d’effort physique qu’une personne peut supporter.

Résultats de l’étude

Le groupe ayant le niveau de forme physique le plus bas a développé la maladie d’Alzheimer à un taux de 9,5 cas pour 1 000 années-personnes, contre 6,4 cas pour 1 000 années-personnes pour le groupe le plus en forme.

Les années-personnes tiennent compte du nombre de personnes participant à une étude ainsi que du temps passé dans l’étude. Le taux de cas diminue au fur et à mesure que le niveau de forme physique augmente, avec un taux de 8,5 pour le deuxième groupe le moins en forme, de 7,4 pour le groupe moyen et de 7,2 pour le deuxième groupe le plus en forme.

Lorsque les chercheurs ont pris en compte d’autres facteurs susceptibles d’affecter le risque de maladie d’Alzheimer, ils ont constaté que les personnes du groupe le plus en forme avaient 33% moins de risques de développer la maladie d’Alzheimer que celles du groupe ayant la moins bonne condition physique.

Le deuxième groupe le plus en forme avait 26% de risque en moins de développer la maladie, tandis que le groupe intermédiaire avait 20% de risque en moins et que les personnes du deuxième groupe le moins en forme avaient 13% de risque en moins de développer la maladie que celles du groupe le moins en forme.

“L’idée que vous puissiez réduire votre risque de développer la maladie d’Alzheimer en augmentant simplement votre activité physique est très prometteuse, d’autant plus qu’il n’existe aucun traitement adéquat pour prévenir ou arrêter la progression de la maladie”, a déclaré Zamrini.

Cette étude démontre une fois de plus les bienfaits du fitness, de la musculation et de toute autre activité physique en général.

Source : American Academy of Neurology

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.